Le mystère de l’Église

Origine, fondation et mission de l’Église

Origine, fondation et mission de l’Église

Origine, fondation et mission de l’Église

758. Pour scruter le mystère de l’Église, il convient de méditer d’abord son origine dans le dessein de la Très Sainte Trinité et sa réalisation progressive dans l’histoire.

Un dessein né dans le cœur du Père

759.  » Le Père éternel par la disposition absolument libre et mystérieuse de sa sagesse et de sa bonté a créé l’univers ; il a décidé d’élever les hommes à la communion de sa vie divine « , à laquelle il appelle tous les hommes dans son Fils :  » Tous ceux qui croient au Christ, le Père a voulu les appeler à former la sainte Église « . Cette  » famille de Dieu  » se constitue et se réalise graduellement au long des étapes de l’histoire humaine, selon les dispositions du Père : en effet, l’Église a été  » préfigurée dès l’origine du monde ; elle a été merveilleusement préparée dans l’histoire du peuple d’Israël et dans l’Ancienne Alliance ; elle a été instituée enfin en ces temps qui sont les derniers ; elle est manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit Saint et, au terme des siècles, elle sera consommée dans la gloire  » (Lumen gentium 2).

L’Église – préfigurée dès l’origine du monde

760.  » Le monde fut créé en vue de l’Église « , disaient les chrétiens des premiers temps (Hermas, vis. 2, 4, 1 ; cf. Aristide, apol. 16, 6 ; Justin, apol. 2, 7). Dieu a créé le monde en vue de la communion à sa vie divine, communion qui se réalise par la  » convocation  » des hommes dans le Christ, et cette  » convocation « , c’est l’Église. L’Église est la fin de toutes choses (cf. Saint Epiphane, hær. 1, 1, 5 : PG 41, 181C), et les vicissitudes douloureuses elles-mêmes, comme la chute des Anges et le péché de l’homme, ne furent permises par Dieu que comme occasion et moyen pour déployer toute la force de son bras, toute la mesure d’amour qu’il voulait donner au monde : De même que la volonté de Dieu est un acte et qu’elle s’appelle le monde, ainsi son intention est le salut des hommes, et elle s’appelle l’Église (Clément d’Alexandrie, pæd. 1, 6).

L’Église – préparée dans l’Ancienne Alliance

761. Le rassemblement du Peuple de Dieu commence à l’instant où le péché détruit la communion des hommes avec Dieu et celle des hommes entre eux. Le rassemblement de l’Église est pour ainsi dire la réaction de Dieu au chaos provoqué par le péché. Cette réunification se réalise secrètement au sein de tous les peuples :  » En toute nation, Dieu tient pour agréable quiconque le craint et pratique la justice  » (Actes des Apôtres 10, 35 ; cf. Lumen gentium 9 ; 13 ; 16).

762. La préparation lointaine du rassemblement du Peuple de Dieu commence avec la vocation d’Abraham, à qui Dieu promet qu’il deviendra le père d’un grand peuple (cf. Genèse 12, 2 ; 15, 5-6). La préparation immédiate commence avec l’élection d’Israël comme Peuple de Dieu (cf. Exode 19, 5-6 ; Deutéronome 7, 6). Par son élection, Israël doit être le signe du rassemblement futur de toutes les nations (cf. Isaïe 2, 2-5 ; Michée 4, 1-4). Mais déjà les prophètes accusent Israël d’avoir rompu l’alliance et de s’être comporté comme une prostituée (cf. Osée 1 ; Isaïe 1, 2-4 ; Jérémie 2 ; etc.). Ils annoncent une alliance nouvelle et éternelle (cf. Jérémie 31, 31-34 ; Isaïe 55, 3).  » Cette Alliance Nouvelle, le Christ l’a instituée  » (Lumen gentium 9).

L’Église – instituée par le Christ Jésus

763. Il appartient au Fils de réaliser, dans la plénitude des temps, le plan de salut de son Père ; c’est là le motif de sa  » mission  » (cf. Lumen gentium 3 ; Ad gentes 3).  » Le Seigneur Jésus posa le commencement de son Église en prêchant l’heureuse nouvelle, l’avènement du Règne de Dieu promis dans les Écritures depuis des siècles  » (Lumen gentium 5). Pour accomplir la volonté du Père, le Christ inaugura le Royaume des cieux sur la terre. L’Église  » est le Règne du Christ déjà mystérieusement présent  » (Lumen gentium 3).

764.  » Ce Royaume brille aux yeux des hommes dans la parole, les œuvres et la présence du Christ  » (Lumen gentium 5). Accueillir la parole de Jésus, c’est  » accueillir le Royaume lui-même  » (ibid.). Le germe et le commencement du Royaume sont le  » petit troupeau  » (Luc 12, 32) de ceux que Jésus est venu convoquer autour de lui et dont il est lui-même le pasteur (cf. Matthieu 10, 16 ; 26, 31 ; Jean 10, 1-21). Ils constituent la vraie famille de Jésus (cf. Matthieu 12, 49). À ceux qu’il a ainsi rassemblés autour de lui, il a enseigné une  » manière d’agir  » nouvelle, mais aussi une prière propre (cf. Matthieu 5-6).

765. Le Seigneur Jésus a doté sa communauté d’une structure qui demeurera jusqu’au plein achèvement du Royaume. Il y a avant tout le choix des Douze avec Pierre comme leur chef (cf. Marc 3, 14-15). Représentant les douze tribus d’Israël (cf. Matthieu 19, 28 ; Luc 22, 30) ils sont les pierres d’assise de la nouvelle Jérusalem (cf. Apocalypse 21, 12-14). Les Douze (cf. Marc 6, 7) et les autres disciples (cf. Luc 10, 1-2) participent à la mission du Christ, à son pouvoir, mais aussi à son sort (cf. Matthieu 10, 25 ; Jean 15, 20). Par tous ces actes, le Christ prépare et bâtit son Église.

766. Mais l’Église est née principalement du don total du Christ pour notre salut, anticipé dans l’institution de l’Eucharistie et réalisé sur la Croix.  » Le commencement et la croissance de l’Église sont signifiés par le sang et l’eau sortant du côté ouvert de Jésus crucifié  » (Lumen gentium 3).  » Car c’est du côté du Christ endormi sur la Croix qu’est né l’admirable sacrement de l’Église toute entière  » (Sacrosanctum concilium 5). De même qu’Ève a été formée du côté d’Adam endormi, ainsi l’Église est née du cœur transpercé du Christ mort sur la Croix (cf. Saint Ambroise, Luc. 2, 85-89 : PL 15, 1583-1586).

L’Église – manifestée par l’Esprit Saint

767.  » Une fois achevée l’œuvre que le Père avait chargé son Fils d’accomplir sur la terre, le jour de Pentecôte, l’Esprit Saint fut envoyé pour sanctifier l’Église en permanence  » (Lumen gentium 4). C’est alors que  » l’Église se manifesta publiquement devant la multitude et que commença la diffusion de l’Évangile avec la prédication  » (Ad gentes 4). Parce qu’elle est  » convocation  » de tous les hommes au salut, l’Église est, par sa nature même, missionnaire envoyée par le Christ à toutes les nations pour en faire des disciples (cf. Matthieu 28, 19-20 ; Ad gentes 2 ; 5-6).

768. Pour réaliser sa mission, l’Esprit Saint  » équipe et dirige l’Église grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques  » (Lumen gentium 4).  » Aussi l’Église, pourvue des dons de son fondateur, et fidèlement appliquée à garder ses préceptes de charité, d’humilité et d’abnégation, reçoit mission d’annoncer le Royaume du Christ et de Dieu et de l’instaurer dans toutes les nations ; elle constitue de ce royaume le germe et le commencement sur terre  » (Lumen gentium 5).

L’Église – consommée dans la gloire

769.  » L’Église (…) n’aura sa consommation que dans la gloire céleste  » (Lumen gentium 48), lors du retour glorieux du Christ. Jusqu’à ce jour,  » l’Église avance dans son pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu  » (Saint Augustin, civ. 18, 51 ; cf. Lumen gentium 8). Ici-bas, elle se sait en exil, loin du Seigneur (cf. 2 Corinthiens 5, 6 ; Lumen gentium 6), et elle aspire à l’avènement plénier du Royaume,  » l’heure où elle sera, dans la gloire, réunie à son Roi  » (Lumen gentium 5). La consommation de l’Église, et à travers elle, celle du monde, dans la gloire ne se fera pas sans de grandes épreuves. Alors seulement,  » tous les justes depuis Adam, depuis Abel le juste jusqu’au dernier élu se trouveront rassemblés dans l’Église universelle auprès du Père  » (Lumen gentium 2).

Catéchisme de l’Église Catholique

Article 9 – Je crois à la sainte Église catholique

Paragraphe 1er – L’Église dans le dessein de Dieu

II – Origine, fondation et mission de l’Église

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P21.HTM