Logo de l'association

Pour l’Unité

du monde par l’Église catholique

« Rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés » (Jean 11, 52)
▪︎ Publié il y a 6 mois ▪︎ 0 com.

La P’tite revue n°25 (janvier 2020)

Le mot du président : La prière nocturne : une tradition multiséculaire, un moment de la journée où Dieu accomplit des merveilles !

Chers amis,

Nous avons vécu une très belle nuit des 50 ans dans la simplicité, la joie du cœur et la ferveur de la piété populaire. Nous tenons à adresser nos plus vifs remerciements aux prêtres, aux bénévoles et choristes de l’Unité qui y ont participé avec tant de dévouement.

Nous tenons aussi à remercier chaleureusement la Maîtrise Saint-Louis de Versailles dirigée par Jean-Baptiste Pinault et Jean-Claude Soubeyrand, et l’Ensemble vocal Jubilate Deo dirigé par Laurent Vauclin. Le concert spirituel qu’ils nous ont offert en ce début de nuit a ravi les pèlerins nocturnes. L’originalité a été de l’entrecouper par le chapelet médité et des chants connus de tous, permettant ainsi la participation d’un seul cœur à cette grande action de grâce à Dieu. Un seul regret, que la grève des transports, commencée deux jours auparavant, ait empêché tant de pèlerins nocturnes de pouvoir se rendre à la nuit. Seuls six cents d’entre avaient réussi à venir, non sans mal. Qu’ils soient, eux aussi, vivement remerciés.

  Une nouvelle période de cinquante ans commence ! Que souhaiter pour que ces nuits correspondent toujours plus à ce que Dieu en attend ? Qu’elles s’ouvrent davantage sur l’universalité de l’Église. Que nous comprenions mieux combien elles s’inscrivent dans la grande tradition multiséculaire de la prière nocturne : la nuit est un moment privilégié de la journée où Dieu aime parler à l’homme pour lui manifester son amour et y accomplir aussi son plan de salut. Je vais développer cet aspect.

De fait, concernant la prière nocturne, David nous dit dans l’Ancien Testament : « Que le Seigneur, de jour, m’envoie sa grâce et que son chant m’accompagne de nuit pour prier mon Dieu vivant » (Ps 41, 9). Il dit encore : « Je te loue sept fois le jour pour tes jugements qui sont justes » (Ps 118, 164). Il faut entendre « sept fois » dans le sens d’une multitude de fois, comme lorsque Pierre demande à Jésus s’il doit pardonner sept fois (v. Mt 18, 21). Et le mot « jour » est à comprendre dans le sens de jour et nuit, soit vingt-quatre heures complètes.

Dans le Nouveau Testament, c’est Jésus, totalement imprégné de la tradition hébraïque, qui montre aussi toute l’importance de la prière nocturne, à savoir ce lien intime avec Dieu en tout temps, et qu’il nous recommande : « Restez éveillés et priez en tout temps » (Lc 21, 36). « Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait » (Mc 1, 35). « En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu » (Lc 6, 12).

La nuit est aussi un moment privilégié où Dieu doit trouver que l’homme a plus de facilité et de disponibilité pour l’écouter. La Bible le montre faire des choix, des annonces et des actes d’une importance capitale dans le but de lui révéler tout son amour et de le sauver de l’emprise du Démon.

Ainsi, dans l’Ancien Testament, c’est de nuit : que Dieu révèle à Abraham l’alliance qu’il va conclure avec lui (v. Gn 15, 5, 12-17) ; que commence pour Moïse et les Hébreux l’Exode et la sortie de l’esclavage (Ex 14) ; qu’il choisit le jeune prophète Samuel (1 S 3), etc.

Dans le Nouveau Testament, on peut voir la nuit : les anges annoncer aux bergers la naissance du Christ, Sauveur du Monde (Lc 2, 8-20) ;  les Mages, représentant le monde païen, comprendre ce signe divin de l’étoile et la suivre pour adorer le Messie (Mt 2, 1-12)  ; Jésus, à l’issue d’une longue prière nocturne, choisir les Douze pour poursuivre son œuvre de salut (Lc 6, 12) ; marcher sur les eaux pour sauver ses disciples en perdition (Mc 6, 45-52)  ; converser avec le pharisien Nicodème (Jn 3, 1-21) ; instituer l’Eucharistie, être trahi par Judas, renié par ses apôtres (Mc 14). Pensons encore aux vierges folles (Mt 25, 1-13), etc.

Que de bienfaits Dieu accorde en retour à ceux qui veillent en sa présence la nuit et poursuivent cette grande tradition multiséculaire de la prière nocturne pour porter le monde.

Vincent Terrenoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*